Exposition - dispositif regards
Centre photographique Rouen Normandie

Dispositif Regards
Centre photographique Rouen Normandie
Région Normandie – CEMEA

«À MON IMAGE»

EVA O’LEARY, JEANNE DUBOIS-PACQUET, GABRIELLE SCHAFF

 

En résonance avec l’œuvre d’Eva O’Leary qu’il expose en 2021 et dans le cadre du dispositif d’éducation artistique et culturelle « Regards » financé par la Région Normandie, le Centre photographique Rouen Normandie invite l’artiste Jeanne Dubois-Pacquet, récemment diplômée de l’École supérieure d’arts et médias de Caen et l’écrivaine havraise Gabrielle Schaff pour un parcours artistique en établissement scolaire.

Ce parcours associe au sein de l’établissement une exposition d’œuvres d’Eva O’Leary ainsi que de Jeanne Dubois-Pacquet et des ateliers de photographie menés par cette dernière et d’écriture conduits avec la complicité de Gabrielle Schaff.

 

À l’heure des réseaux sociaux, ce parcours invite les élèves à questionner la création de l’image de soi, sa circulation et ses significations. En abordant le genre de l’autoportrait, avec le téléphone ou l’appareil photographique argentique, les intentions lors de la prise d’un autoportrait seront décrites, surlignées, révélées.

 

L’invitation à Jeanne Dubois-Pacquet (1995) est née de l’intérêt manifeste de l’artiste pour les jeux d’identité qu’elle déploie dans ses travaux tant dans l’autoportrait que dans le genre dit de l’autofiction. L’exposition présente ici une sélection issue de l’installation Images lourdes suspendues réalisée en 2018 : deux images intitulées « Archives mortes » et une vidéo explicitement titrée « Selfies vidéo ».

 

La vidéo, d’une durée d’environ 3 minutes, montre un enchaînement de selfies vidéo réalisés au cours d’un séjour au Canada de 4 mois. Autoportrait emblématique du XXIème siècle, le selfie est ici mis à l’épreuve du temps long : l’artiste recherche un moment de flottement dans l’image qui se devrait d’être fixe, affublée d’un filtre Instagram et épinglée de hashtags sur les réseaux sociaux. Soutenir le regard de la caméra sans malaise ne dure que quelques secondes et provoque une étrange triangulation du regard face à l’objectif.

Pour l’accompagner, deux images issues de ses « Archives mortes » sont suspendues ; on y trouve agencées sous la forme de natures mortes, documents et objets. Les éléments entrent en résonance les uns avec les autres et à la manière d’indices oubliés, ils forment une nouvelle grille de lecture à déchiffrer par l’œil enquêteur du regardeur. Ouvrir le passé et l’installer dans une porosité au présent : ainsi suspendus dans les airs, voici que les souvenirs ressurgissent, prêts à être réinvestis de vos interprétations.

 

Parallèlement aux ateliers de photographie, et pour mettre en mots l’image, les intentions qui y président, les imaginaires qu’elles suscitent et les écarts expérimentés, Gabrielle Schaff (1982) conçoit des ateliers d’écriture au sein du parcours artistique proposé.

Ayant pratiqué longtemps le théâtre et étudié le cinéma et la littérature, Gabrielle Schaff travaille pendant dix ans dans le cinéma comme assistante de réalisation, repéreuse ou directrice de casting auprès de nombreux réalisateurs. À partir de 2012, elle réalise plusieurs documentaires de création diffusés à la télévision et sélectionnés en festivals. En 2018, elle publie son premier roman, Passé inaperçu, aux éditions du Seuil (collection Fiction & Cie). Elle travaille actuellement à son second roman ; plusieurs projets de films sont également en écriture ou en tournage. Elle vit et travaille au Havre et à Paris. La photographie, dans sa condition de document autant que d’image mentale, est au cœur de son travail filmique et littéraire.

 

Raphaëlle Stopin
Directrice du Centre Photographique Rouen Normandie

 

 

 

“A mon image”, Galerie du Lycée Anguier, Eu-Le Tréport, du 11 janvier au 11 mars 2021

Images lourdes suspendues,
objet photographique intégrant
les Archives mortes et Selfies vidéo
doubles cadres en bois suspendus par des fils couleur cuivre et projection vidéo.

 

Eva O'leary, Tirages pigmentaires issus de la série Happy Valley, 2014 - en cours.

Pour découvrir le travail réalisés pendant les ateliers, c’est par ici.